single-image

Les Coteaux des Baronnies

INDICATION GÉOGRAPHIQUE PROTÉGÉE

Les Coteaux des Baronnies sont localisés au cœur de la Drôme Provençale. Sur les flancs de ces moyennes montagnes alternent vignobles, garrigue et champs de lavande. L’altitude (600 mètres) permet une alternance de journées très ensoleillées et de nuits plus fraîches, pour produire des vins d’un bel équilibre.

 

Production 2014  : 20 500 hl
Surface totale en production : 365 hectares
Répartition des couleurs : 64% Rouge • 23% Rosé • 13% Blanc

 

Indication Géographique Protégée représentée par Le Mas Sylvia

single-image

Christophe Negrel

Lauracée – Marseille
Le chef Gourméditerrannée

 « C’est bien clair, le patron ne sert que des produits frais : je ne sais pas faire autre chose ! Sa cuisine a l’accent du Sud… Et le cadre, tout simple, en retrait du Vieux Port, lui va bien ! » Guide Michelin

 

« Christophe Négrel a créé un coin de charme, dans une rue en pente, juste derrière le tribunal. Sa table est cosy, un brin ethnique, façon « riad » à la marseillaise. Et ce petit gars du pays qui a notamment travaillé à Paris au Dodin-Bouffant comme à Baumanière aux Baux, chez Ducasse à Monaco, au Martinez à Cannes et à la Fénière de Lourmarin, connaît la musique. Sa cuisine est méditerranéenne et provençale avec allant, finesse, légèreté. Foie gras de canard au caramel de muscat, gnocchi de pommes de terre, lard, truffe et parmesan, maigre de Corse meunière avec moules marinières et huile d’olive ou encore quasi d’agneau frotté aux herbes et rôti flanqué de ses piquillos farcis donnent envie de prendre pension ». Gilles Pudlowski

single-image

Madame Bambou & LILIB

Graphiste – Plasticienne
Les artistes

Les p’tits papiers, c’est d’abord une histoire de rencontre. Celle de Madame Bambou et de LiliB, artistes marseillaises, toutes deux résidentes de l’atelier Juxtapoz. La première est graphiste, la seconde plasticienne. Elles utilisent leurs talents d’illustratrices pour de la décoration murale, entre autres, chez des particuliers et collectivités pour Madame Bambou, en extérieur lors de sessions « street-art » pour LiliB. C’est au détour d’une expo collective qu’elles se trouvent un point commun : le travail du papier.

 

Pendant que LiliB le fabrique dans son atelier, le découpe en dentelles et cherche à le travailler en volume, Madame Bambou le plie de mille et une façon pour créer des animaux et des décorations murales en origamis.

La collaboration est immédiate, presque intuitive, leurs deux univers emplis de poésie s’entremêlent et, mettant en commun leurs savoirs faire, explosent en un mélange de finesse et de légèreté.

Leurs installations éphémères, ces géants de papier, remplissent l’espace de matière et de poésie sans que cela ne laisse jamais personne indifférent.