Le Cellier de Laure, Côme Di Meglio et Ludovic Aillaud (du restaurant L’Épicurien) vont mélanger leurs pensées et leurs goûts pour faire apparaître la relation sacrée, hypnotique et poétique qui règne entre la nourriture et le goûteur. Un instant d’attention qui saura éveiller vos passions.

single-image

Alpilles

 

Indication géographique protégée

 

On est ici au cœur du Massif des Alpilles, classé Parc Naturel Régional, entre Rhône et Durance : un paysage qui a su inspirer les vignerons, mais aussi les peintres fameux comme Van Gogh. Dans cette région caillouteuse, cohabitent vignes et garrigue sous la présence conjuguée du soleil et du Mistral bienfaisant.

 

Production 2014 : 24 000 hl

Surface totale en production : 450 hectares

Répartition des couleurs : 64% Rosé • 25% Rouge • 11% Blanc

 

Les vins IGP Alpilles sont représentés par Le Cellier de Laure

single-image

Ludovic Aillaud

 

L’épicurien
Le Chef

 

« Dans la farandole des restaurants de la place des Cardeurs, pas d’hésitation, piochez celui-ci. Ludovic Aillaud est joueur : il rebat ses cartes toutes les semaines, au gré du marché et de la météo.
Dans ce gastro de poche, brut et chaleureux, pas plus d’une vingtaine de couverts : la place est chère, pas la note… Trois entrées, trois plats, trois desserts, c’est sa formule magique, sans esbroufe, où rien n’est servi qu’il n’ait lui-même pelé, coupé, taillé, sauté, saisi, rôti, mitonné, dressé. Il expose chaque jour sa philosophie gourmande à l’ardoise, ce jour-là un homard croustillant aux pleurotes et aux girolles. Dans ses casseroles, le goût juste coule de source. Une impeccable cuisine d’auteur. » Le Guide Gantié

single-image

Côme Di Méglio

 

L’artiste

 

Sa quête artistique est de réveiller le sentiment de la pure joie d’exister. En créant des sculptures, des objets, des espaces et des expériences, il cherche à permettre par l’imaginaire de nous sentir reliés. Inscrire l’être humain dans une continuité, d’un passé des origines vers un futur à bâtir, ainsi qu’au présent, reliés à nous-mêmes et aux autres. Profondément ancrées dans la matière, et simultanément en permanente dématérialisation, par la ruine ou le virtuel, il envisage ses œuvres comme un point de passage entre le corps et l’esprit.
Convoquant le design, l’architecture d’intérieur, et les dispositifs interactifs, ses œuvres sont des tentatives pour provoquer l’état de grâce dans lequel l’être humain entre en adéquation avec son environnement. Immobile face à un objet, immergé dans une expérience ou accueilli par un visage, créer les conditions pour inviter chacun à sentir sa place dans un monde connecté, la pure joie d’exister.

Pour réserver votre billet pour ce trio, cliquez ici